Le mariage.

Mikaël MUGNERET • 31 août 2016

Bonjour Monsieur le Maire, nous venons vous voir, Maxime et moi, pour vous faire part de notre intention de nous marier d’ici quelques mois !

Vous marier ? Quelle drôle d’idée ! Mais pourquoi donc souhaitez-vous vous marier ?

Mais parce que nous nous aimons, Monsieur le Maire !

Vous vous aimez ? En êtes-vous bien sûr·e·s ?

Mais évidemment ! C’est tout réfléchi !

Je ne sais pas moi… ce n’est pas facile à savoir, et peut-être qu’après vous allez être pris·e de regrets !

Mais il est plus certain que nous soyons pris·e de regrets si nous ne le faisons pas !

Bon, bon… Très bien… Avez-vous le certificat de votre psychiatre ?

Le quoi ?!!

Le certificat de votre psychiatre, qui atteste que vous êtes bien amoureuxes l’un·e de l’autre !

Mais pourquoi aurions-nous besoin d’un quelconque certificat ? C’est nouveau ça ? Nous savons que nous sommes amoureuxes, parce que nous le ressentons au fond de nous.

Subjectivisme que tout ça ! Tsss… On peut parfois se tromper sur ses ressentis. C’est pourquoi une validation scientifique, objective et médicale est requise, afin d’éviter tout risque d’erreur. Je ne doute pas que vous ayez l’impression sincère d’être amoureuxes l’un·e de l’autre. Mais il faut bien que nous nous assurions qu’il ne s’agit pas de l’effet d’une pathologie psychique ou d’une fantaisie sexuelle.

Quelques mois plus tard…

Ah, tiens, cette chère Samia et ce cher Maxime ! Alors, où en sont vos démarches ?

Bonjour Monsieur le Maire ! Nous avons beaucoup réfléchi à ce que vous nous avez dit l’autre fois, et nous nous sommes décidé·e·s à être suivi·e·s par un psychiatre…

C’est très bien, je vous félicite !

Nous avons fait beaucoup d’efforts pour montrer notre détermination. Nous nous baladons tous les jours main dans la main, nous faisons tout le temps tout ensemble. Tous les mois nous allons au resto et prenons un repas aux chandelles…

Tous les mois seulement ? Vous pourriez y aller toutes les semaines, avec une bonne gestion budgétaire, c’est tout à fait faisable.

Oui, je sais… Notre psychiatre est quelque peu dubitatif à cause de ça, mais il y a pire…

Quoi donc ?

On ne fait également l’amour qu’une seule fois par mois. Notre psychiatre nous invite donc à bien prendre le temps de réfléchir encore à nos aspirations. Pour lui, il faudrait qu’on fasse l’amour au moins deux fois par semaine, et encore, c’est un strict minimum. Pourtant on fait beaucoup d’efforts à côté, on est tout le temps en train de s’embrasser avec la langue dès qu’on n’a rien d’autre à faire, et à se donner des petits noms comme « ma biquette », « ma chérie », « mon doudou », « mon amour », etc. Toutes les semaines, on s’écrit des poèmes d’amour et on s’offre des fleurs tous les deux jours. J’ai vu d’autres couples qui en font beaucoup moins que nous sur ce plan là et qui ont eu leur certificat sans problème…

Oui mais quand même, faire l’amour souvent c’est central. Et puis, pour entamer les modifications corporelles, c’est préférable !

Quelles modifications corporelles ?

Eh bien celles induites par la grossesse. C’est important ça. Pouvoir prouver que vous êtes enceinte, et bien entendu enceinte de votre compagnon, cela prouve le sérieux de votre démarche de changement d’état civil de célibataire à marié·e. Mais vu que vous n’avez pas de certificat de votre psychiatre, j’imagine que vous n’avez pas reçu de prescription d’une grossesse de la part de votre gynécologue.

Oh… mais nous ne voulons pas d’enfant·e en fait !

Ah mais non, mais ça ce n’est pas possible ! Pourquoi vous voulez vous marier alors ?

Je vous l’ai déjà dit : nous nous aimons, nous sommes amoureuxes l’un·e de l’autre ! Et nous voudrions que cela soit officialisé, que la société reconnaisse notre amour, qu’elle reconnaisse que dans les faits nous formons un couple ! Merde à la fin ! C’est pas clair ?

Calmez-vous je vous prie, j’essaie de vous aider ! Mais si vous êtes agressive je risque de ne plus en avoir envie… Si vous êtes vraiment amoureuxes l’un·e de l’autre, alors vous voulez nécessairement avoir des enfant·e·s ensemble ! Comment voulez-vous être reconnu·e·s comme un vrai couple, quel sens même y a-t-il à dire que vous êtes un couple, si vous ne présentez pas un maximum de signes d’encouplement ?

Eh bien, il y a différentes formes de couples, ne croyez-vous pas ? Notre simple parole n’est-elle pas valide et légitime ? N’est-il pas suffisant, pour être un couple et le montrer, de nous auto-définir ainsi ? A partir de là, la plus élémentaire des politesses ne consiste-t-elle pas à nous reconnaître comme couple ?

Il faut savoir ce que vous voulez : soit vous êtes célibataires, soit vous êtes marié·e·s. C’est binaire. Et si vous êtes marié·e·s, alors cela implique que vous ayez une conduite typique d’un couple qui se respecte, et bien entendu que vous ayez des enfants ou au moins que vous soyez enceinte, c’est ainsi ! Pas de demi-mesure. Déjà que dans sa grande bienveillance, notre République permet aux célibataires de se marier. Faudrait pas non plus pousser. A trop multiplier les cases entre « célibataire » et « marié·e », ça va semer la confusion dans les esprits, l’ordre symbolique va être perturbé, et il est bien possible que cela entraîne la fin de la civilisation…