Recherche

Anarchamory

Anarchisme sans adjectif mais pas sans verbe.

Mois

novembre 2016

Le polyamour est-il une arnaque des hommes pour exploiter sexuellement les femmes ?

PRÉCISION PRÉLIMINAIRE IMPORTANTE : Je suis un homme blanc cisgenre avec un passing d’hétéro. Le présent article reflète donc le point de vue d’un homme blanc cisgenre avec un passing d’hétéro sur cette question et ne saurait donc prétendre à l’objectivité ou à l’universalité. Le point de vue duquel on parle a toujours une influence sur ce que l’on dit. Cet article comporte donc probablement plusieurs biais (que vous pouvez me signaler afin que je l’améliore). Même si j’ai pris un certain soin à l’écrire afin d’éviter de tomber dans les biais les plus évidents, je ne peux absolument pas garantir qu’il en est exempt. Ne vous contentez pas de la lecture de cet article pour vous faire une idée sur la question. Je vous invite à lire notamment ce que des autrices féministes, des auteurs et des autrices racisé·e·s, ont pu écrire sur ce sujet. Le présent article s’adresse surtout à mes pairs et essaye de s’inscrire dans une démarche d’allié. Je ne sais pas jusqu’à quel point il y parvient, mais la bonne volonté est là. N’hésitez pas à me faire part de toute remarque que vous jugeriez opportune afin que je puisse l’améliorer.

Un certain nombre de féministes radicales [♦] m’ont déjà fait cette remarque que le polyamour serait une arnaque des hommes (comprendre : des hommes cishet) pour exploiter sexuellement le corps des (personnes perçues comme) femmes. C’est une remarque que j’avais trouvée quelque peu blessante, j’avoue, quand on me l’a faite. Une remarque qui me paraissait évidemment à côté de la plaque, puisque :

  • le polyamour n’implique pas nécessairement de relations sexuelles ;
  • le polyamour n’implique pas nécessairement de relations entre des hommes (cishet) et des (personnes perçues comme) femmes ;
  • le polyamour suppose que toutes les personnes concernées sont consentantes ;
  • le polyamour suppose que toutes les personnes concernées peuvent avoir également d’autres relations intimes.

[♦] Je n’ai rien contre le féminisme radical, bien au contraire. Ce mouvement, comme beaucoup de mouvements, présente une diversité d’opinions, et on y trouve donc des anti-polyamour… Elles sont cependant minoritaires à ce que je vois. Un plus grand nombre de féministes radicales ont une attitude neutre voire amicale envers le polyamour. Il me semble qu’il y a même davantage de féministes radicales elles-mêmes polyamouristes qu’il n’y a de féministes radicales anti-polyamour. Ce constat n’a toutefois aucune prétention scientifique et reflète seulement ma modeste expérience des féministes radicales. Un gros biais, dans l’affaire, c’est que j’évite de côtoyer de trop près des personnes qui pensent que quelque chose qui me tient à cœur est immoral… Toutes les féministes radicales ne sont donc pas anti-polyamour. Toutefois, il n’y a guère que chez les féministes radicales que j’ai vu ce genre d’opposition au polyamour. L’autre grand courant qui est le féminisme dit « pro-sexe » peut difficilement compter dans ses rangs des personnes anti-polyamour (à raison, certaines personnes de ce courant du féminisme préfèrent parler de « pro-choix », puisqu’il ne s’agit pas de dire que le sexe c’est forcément bien et que tout le monde devrait en faire, mais seulement de lever un certain nombre d’injonctions répressives au sujet du sexe).

Alors, qu’en est-il ? Le polyamour est-il une arnaque des hommes (cishet) pour exploiter sexuellement le corps des (personnes perçues comme) femmes ?

(Spoiler :

Lire la suite

Publicités

L’anarchie relationnelle : idées reçues.

Étant donné que l’on voit circuler un ensemble de préconceptions au sujet de l’anarchie relationnelle, il semble qu’une petite mise au point sous forme d’une liste d’idées reçues plus ou moins conformes à la réalité n’est pas inutile. Ce document a été créé initialement le 13 août 2016 dans un groupe Facebook consacré à l’anarchie relationnelle pour répondre à une proposition d’une amie qui souhaite garder l’anonymat.
Ce devait être initialement un travail collectif auquel chacun-e pouvait contribuer. Pour le moment, cependant, personne d’autre ne s’est manifesté-e.
Plusieurs personnes ayant lu le document d’origine m’ont demandé la permission de le citer ou de le reposter. Pour faire plus simple, je me suis dit que j’allais en faire un article sur mon blog. Cet article ne contient donc que mes contributions, mais je pense qu’il peut déjà être utile. C’est en tout cas ce que semble indiquer les demandes qui m’ont été faites…

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑