Les relations sont comme la mer,
Elles subissent flots et jusants.
Ne les retenez pas, c’est usant.
Cela rend les cœurs amers.
Acceptez de laisser aller le reflux,
Même s’il prend des airs de « jamais plus ».
Au fond personne n’en sait rien…
Mais jusqu’à présent la mer revient,
Parfois la même, et parfois non,
Quand seules les lois de l’existence
Expliquent sa fuite vers l’horizon.
Réjouissez-vous des expériences,
Qu’elle drainera avec foison !
Et si la mer n’en revient pas,
Ou qu’elle revient couci-couça,
Si votre conscience est toute nette,
Et que vos actes sont honnêtes,
Acceptez-le sans auto-blâme,
On n’est pas maître des bleus de l’âme,
Qui font, chez autrui, l’occasion de brisures,
Pour cause d’impromptues froissures.
Et pendant les mortes-eaux,
Voguez vers d’autres littoraux,
Qui connaîtront les vives-eaux,
Et baignez-vous de renouveau.

Publicités