D’après beaucoup de libéraux·les, la liberté est le droit de faire ce que l’on veut avec ce que l’on a. Mais cette formule ne nous donne aucune indication sur ce en quoi doit consister ce que l’on a et laisse par conséquent ouverte la question de l’appropriation et de la propriété légitimes (en théorie, la propriété est ce avec quoi on a le droit de faire ce que l’on veut, ce qui rend cette définition circulaire). Par suite, l’interventionnisme économique n’est pas nécessairement de la spoliation. Il n’en est que si on présuppose que les richesses qu’il redistribue et dont il réglemente l’usage et l’exploitation sont des propriétés privées légitimes. Si ce n’est pas le cas, alors l’interventionnisme économique peut revêtir quelque justice, être bénéfique ou du moins être neutre d’un point de vue moral.

Lire la suite

Publicités